Dernière nuit à l'Alcazar de Paris

En développement

Dernière nuit à l'Alcazar de Paris

Un film de Raphäel Rivière

PARIS, à la fin de l’année 1968. Un nouveau cabaret ouvre ses portes dans l’indifférence générale. Son nom ? L’Alcazar.
 
Tout le monde ignore alors qu’il va devenir le lieu mythique des nuits parisiennes des années 1970, proposant un spectacle flamboyant et délirant, une anti-revue de music-hall. À l’Alcazar, la fête dure en continu, toute la nuit, six jours par semaine, sur scène et dans la salle.
 
Le réalisateur retrace, dans ce documentaire, le parcours de son père Jean-Marie Rivière créateur et animateur de L’Alcazar. En filigrane, se dessine la trajectoire picaresque d’un artificier qui, des caves de Saint-Germain-des-Prés aux lumières de Broadway, illumina les nuits de ses contemporains à coups de feux de Bengale et de pétards mouillés. Ce film tisse des liens presque invisibles entre le présent et le passé, cherchant à travers les couches sédimentaires du temps, à retrouver l’Esprit consolateur d’un monde disparu. C’est aussi l’histoire d’une relation en miroir entre naguère et aujourd’hui, entre un fils et son père. Une histoire de vie et de mort, de rêves et de destins brisés, un furieux désir de liberté, un conte du temps disparu.
 

Un film de Raphäel Rivière